Paroles d’honneur – Slimani/Coryn

LRM_EXPORT_8379412636220_20190730_133009104.jpeg

« Rabat, été 2015. Leïla Slimani fait la connaissance de Nour, une Marocaine qui lui raconte sans tabou sa sexualité et les tragédies intimes que subissent la plupart des femmes qu’elle connaît. Ce témoignage poignant, suivi d’autres rencontres à travers le pays, bouleverse la romancière franco-marocaine qui décide de mettre la parole de ces femmes à l’honneur. A travers leurs histoires personnelles, on découvre le drame de la condition sexuelle féminine au Maroc au sein d’une société hypocrite qui condamne le désir et la liberté d’aimer. Cette BD reportage dépeint sans concession la réalité complexe d’un pays où l’islam est religion d’Etat et rappelle à chacun de nous l’importance du combat pour les droits fondamentaux de la femme. »


Depuis le temps que j’avais envie de la lire cette BD ! Je l’ai dévorée sitôt reçue, et je n’ai pas été déçue. Durant une centaine de pages, on suit Leïla Slimani qui interroge de nombreuses jeunes femmes sur leur rapport aux hommes, leur place dans la société et surtout sur la place de leur sexualité.

Des témoignagnes divers, de femmes mariées, de jeunes femmes, de mères, de matriarches, d’amies et d’inconnues… Ce sont des femmes de tous milieux qui semblent s’être mobilisées à l’appel de l’autrice, pour décrire leur vérité, et la façon dont elles sont perçues dans la société marocaine, vierges ou pas. Elles décrivent l’ambivalence des hommes, qui n’hésitent pas à coucher avec elles, tout en se refusant à les épouser, car non-vierges. Certaines regrettent ou refusent de devoir se soumettre à des traditions ancestrales, quand les hommes sont libres de tout. Beaucoup déplorent le tabou et la « honte » qui recouvrent le thème de la sexualité, qui empêchent d’en parler librement et de comprendre bien des choses.

J’ai apprécié le travail de recherches de Leïla Slimani, ainsi que les explications données par un personnage incarnant une professeure, et expliquant la confusion venue des livres religieux. Il y a beaucoup d’anecdotes et d’exemples concrets qui soulignent un malaise dans la société marocaine, et de questions posées qui ne demandent qu’à être explorées.

Quant à la partie illustrée, elle est tout simplement magnifique. J’ai adoré la rondeur des dessins, le caractère réaliste des personnages et leurs petites caractéristiques, les décors autour, les couleurs vives qui donnent du pep’s à la narration.

Un très beau travail d’équipe, entre le message véhiculé par Slimani, les douces illustrations de Coryn et la mise en couleurs de Desmazières !

Alise 🐢

3 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s