La délicatesse du homard – Laurence Manel

« François, qui s’occupe d’un centre équestre en Bretagne, découvre un jour une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Prêt à appeler les secours, il se ravise et, sans trop savoir pourquoi, la ramène chez lui pour la soigner. A son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à s’expliquer. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse qu’on lui pose des questions. Commence alors une étrange cohabitation, où l’un et l’autre se mettent peu à peu à nu sans pour autant totalement révéler les secrets qui les rongent. Et même si ce duo en s’apprivoisant s’apaise, chacun souhaite continuer à se protéger, quoi qu’il en coûte. Qui est Elsa ? Que cache-t-elle ? Quelle vie est-elle en train de fuir ? Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable. Plongez dans les eaux vives et profondes de ce roman émouvant. »


Coup de coeur ! Un roman magnifique, c’est une belle surprise, je ne m’y attendait pas du tout !
Dans ce roman, deux personnages alternent, François et Elsa, avec deux voix bien différentes. Chacun a des petites manies, des tics de languages, un raisonnement bien particulier. Elsa & François se succèdent pour nous raconter leur histoire, tour à tour drôle, émouvante, triste, sérieuse, ou pleine de colère. Le passé se dresse souvent entre eux, mais quelque chose paraît les rassembler à chaque fois.

Au gré des épreuves, ils apprennent à déchiffrer leurs sentiments. Un passé volontairement mystérieux du côté Elsa, mais jamais ennuyant. Au contraire, de nouvelle hypothèse s’échafaudent dans la tête de François. La narration est faite de façon à ce que le lecteur ressente la blessure d’Elsa, que ce ne soit pas compris comme de la coquetterie ou comme une forme de séduction détournée.

Du côté de François, ce sont les spectres d’une relation amoureuse et d’un deuil prématuré qui le visitent régulièrement. Sa confiance n’est pas vraiment amochée, puisqu’il recueille Elsa tout naturellement, mais il a du mal à se lier pour de vrai, préférant les relations superficielles.

Il y a une tendresse infinie dans ce roman, j’ai été touchée par des personnages vraiment bien développés. Aussi effrayés que des animaux blessés, ils vont s’apprivoiser, se tourner autour, s’observer, se questionner et surtout, ils vont mettrent bien du temps à se rendre compte qu’il y a beaucoup plus qu’une belle amitié à la clé. C’est malgré tout une histoire très triste par moment.

Pour tous les amoureux de jolies lectures qui font du bien à l’âme !

Alise 🐢

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s