La tête sous l’eau -Olivier Adam

« Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar ».
Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé. »


Nouveauté de la rentrée littéraire 2018, un nouveau Olivier Adam ! Une occasion de découvrir un peu plus l’auteur de Je vais bien, ne t’en fais pas, d’autant plus que la couverture de ce nouvel ouvrage est très belle.

Pour être honnête, c’est une suprise. Je ne m’attendais pas vraiment à ce genre de roman, malgré le résumé, et ce que sous-entendent ces jolies couleurs pâles et tranquilles. Cependant, j’ai été conquise par la façon de traiter le sujet. On suit le retour de Léa dans sa famille après avoir été séquestrée pendant plusieurs mois. A travers les yeux de son frère, on va petit à petit apprendre ce qui a précédé cette disparation, les mois de recherche et de cauchemar qu’ont duré l’absence de Léa, mais également son retour à la maison et le long chemin pour qu’elle revienne réellement parmi eux.

En donnant la parole au frère de Léa, Olivier Adam nous permet une approche moins brutale, légèrement plus détachée que ne l’aurait été la narration des parents ou de la victime elle-même. Ce jeune frère un peu naïf, qui imagine mais ne réalise pas bien ce qu’à dû endurer sa sœur, la protège, l’entoure de son amour, de sa douceur, de sa patience. Ne sachant pas trop quoi lui dire, comment l’aider, comment lui parler, il se contente d’être là, de lui tenir la main, de rester avec elle jusqu’à ce qu’elle s’endorme. C’est un roman très tendre, malgré la noirceur des évènements.

C’est aussi ce que j’ai apprécié: Olivier Adam ne va pas trop dans le dark, il se contente de mentionner une ou deux fois par des phrases simples et concises le calvaire de Léa, sans s’y appesantir ni en faire l’élément central de son roman. Il se focalise sur le « retour », et sur ce que ce mot veut vraiment dire. Oui, Léa est parmi sa famille, mais non, elle n’est pas vraiment « de retour ». On assiste à un vrai cheminement, à une vraie progression, qui n’a rien d’être linéaire.

La narration est entrecoupée d’e-mails, correspondance de Léa, qui jettent une autre lumière sur l’histoire, surprennent et apportent parfois quelques réponses. Il y a également dans la deuxième partie du livre un petit suspense agréable, qui fait monter le rythme cardiaque, se redresser sur le bord de la chaise, qui fait lire plus vite, sauter à la dernière ligne. C’est également un roman ouvert d’esprit (si on peut dire ça comme ça!), qui ne se pose pas de questions et se contente d’être.

La seule petite chose qui m’a déçue, c’est la relation entres les parents. C’était une excellente idée de montrer l’explosion d’une famille soumise à une pression de ce genre, mais j’ai trouvé que ce n’était pas assez développé. C’est sûr qu’il aurait fallu bâtir le roman autrement ou ajouter beaucoup de pages, mais ça aurait pu être une super facette du livre ! Comme le fils est assez jeune, troisième-seconde au moment des évènements, il ne comprend pas ce qu’il voit, et par ricochet, le lecteur non plus (ceci dit, la cohérence avec le narrateur est parfaitement respectée, du coup…).

Au final, un bon roman qui se lit en deux heures, qu’on a du mal à lâcher, et qui offre une perspective intéressante sur l’après, une fois que la victime est de retour. Et comme en plus il y a de belles surprises ! 🙂

Alise 🐢

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s