Trompe-la-mort – Jean-Michel Guenassia

Tour à tour roman picaresque, roman d’aventures et roman d’amour, Trompe-la-mort convoque avec maestria tout ce qui fait notre monde au XXIe siècle : show business, guérilla, quête de soi et corruption. «Trompe-la-Mort», c’est le surnom de Tom Sharp, engagé dans les Royal Marines à l’âge de dix-huit ans. Sa vie est celle d’un miraculé et d’un idéaliste. Des intouchables de New Delhi aux joueurs de cricket de Londres, du conflit nord-irlandais à la guerre d’Irak, ce métis mi-indien mi-anglais, qui a risqué mille fois sa vie, reste un candide parmi les affreux.

Mais ce n’est qu’en repartant dans son Inde natale à la recherche du fils d’un milliardaire londonien qu’il pourra renouer avec les traces d’un passé qui ne le laissait pas en paix. C’est avec sa tendresse particulière pour les héros malgré eux que Jean-Michel Guenassia retrace ici le parcours de Tom Sharp. »


J’ai enfin pu assouvir mon envie de découvrir un autre roman de Guenassia ! Après la petite déception de La valse des arbres et du ciel, je ne savais plus trop à quoi m’attendre. Heureusement, Trompe-la-mort était plus proche de mes deux romans préférés: La vie rêvée d’Ernesto G. & le club des incorrigibles optimistes ! 🙂

J’y ai retrouvé mes éléments préférés des romans guenassiens: l’importance du mot, une histoire avec de multiples facettes, la famille au cœur du roman, la découverte d’une culture, des personnages principaux bien travaillés, des personnages secondaires avec du charme, de nombreux éléments donnant un vrai relief à l’histoire…

J’ai beaucoup aimé suivre Tom de son enfance à Delhi – où il nous explique de nombreuses fêtes et coutumes indiennes, entouré d’amis attachants et d’une famille bancale – à son retour improbable en Inde, après avoir été basé aux quatre coins du globe en tant que militaire. C’est en échappant à (ou fuyant?) la mort une dizaine de fois qu’il sera contacté par Helen, une journaliste très connue, et surprise, en tombera amoureux. Pour la première fois, la création d’une famille est sous la loupe de Guenassia. Les différents métiers qu’exercent Helen & Tom donnent du corps à la narration, et rythment le récit.

J’ai retrouvé cette Inde collante, grouillante, fascinante et attirante de L’équilibre du monde que j’avais aimé pour la diversité des facettes du récit. Moins poussée cependant, la narration est rapide, survole des années en quelques phrases, et accorde peut-être un peu moins d’importance à la psychologie des personnages.

En définitive, j’ai été contente de découvrir un autre roman de Jean-Michel Guenassia, lecture que j’ai appréciée mais qui ne m’a pas autant séduite que Le Club des Incorrigibles Optimistes ou que La vie rêvée d’Ernesto G !

Alise 🐢

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s