Le lit d’Aliénor – Mireille Calmel

IMG_20180618_150157« 1137 à Poitiers. Aliénor, la toute jeune duchesse d’Aquitaine, trépigne d’impatience. C’est aujourd’hui qu’arrive à sa Cour Loanna de Grimwald. Elle a quinze ans comme elle. Une nouvelle demoiselle de compagnie pour Aliénor, peut-être plus intéressante que les autres, car on la dit fort piquante.
Ce qu’Aliénor ignore, c’est que la belle Loanna descend d’une lignée de druides, engendrée par Merlin l’Enchanteur et Viviane, gardienne des secrets druidiques. De mère en fille, ces femmes veillent sur la destinée de l’Angleterre. Comme ses ancêtres avant elle, Loanna est un peu fée, un peu sorcière… Elle est envoyée auprès d’Aliénor avec une mission : devenir son amie, sa conseillère, son ombre, et faire en sorte qu’elle épouse un jour Henri, l’héritier d’Angleterre qui n’a encore que quatre ans. »


Ouvrage trouvé dans une boîte à livres à Clermont-Ferrand. Le titre m’a happée, je suis une grande admiratrice d’Aliénor d’Aquitaine , mais j’ai peu lu à son sujet. La taille du roman ne m’a pas effrayée, par contre j’ai été frustrée à plusieurs moments dû au format, j’avais l’impression de piétiner, et de ne pas avancer dans l’histoire.

En dehors de cette impression, j’ai passé un agréable moment à lire Le lit d’Aliénor pour différentes raisons. Je connaissais peu la cour de France à cette époque, et tout en connaissant ce qu’Aliénor avait apporté à Paris, je n’en avais jamais pris clairement conscience. La musique, la mode, mais aussi la religion ou l’art prennent une place assez importante suivant les moments de la narration, et ça permet d’avoir une réelle structure dans l’histoire, et non d’évoluer dans un décor en carton.

Les personnages également: le personnage principal est Loanna de Grimwald n’est évidemment pas un personnage ayant existé, mais j’ai trouvé son insertion dans l’histoire de France assez habile, et Mireille Calmel a repris des faits ayant existé, comme des points forts dans son roman. En outre, le langage utilisé, le quotidien des dames, et l’amitié qu’elle porte à Aliénor en font une dame intéressante à suivre.

Aliénor n’est ici pas à proprement parler l’héroïne du roman, mais c’est peut-être même mieux. En effet, d’après ce qu’on raconte et l’héritage qu’elle nous a laissé, c’était un sacré phénomène, avec un tempérament assez fort, et très moderne pour son époque. C’est donc probablement un personnage difficile à manipuler et à incarner pour un auteur. Cependant je n’ai pas été déçue, car Loanna est la dame de compagnie/meilleure amie/protectrice (et beaucoup d’autres choses !) d’Aliénor, et on voit la jeune reine à travers ses yeux, on est aux premières loges.

Autre chose que j’ai apprécié, c’est la dimension un peu mystique des prêtresses d’Avalon, cette plongée inattendue dans l’univers de Merlin l’enchanteur. C’est une tentative plutôt sympa et bien faite, mais j’ai trouvé ce lien trop ténu – probablement pour ne pas tomber dans la fantasy – mais j’aurais aimé que ce soit développé un peu plus.

En définitive, un roman vraiment sympa, un bon pavé qui en vaut le coup si on aime l’époque médiévale, les aventures chevaleresque, les troubadours et l’amour courtois. De bonnes surprises aussi !

Alise 🐢

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s