Une bonne épouse indienne – Anne Cherian

 

IMG_20180225_193652.jpg

« Neel a beau avoir étudié aux Etats-Unis et être devenu un brillant anesthésiste dans un grand hôpital de San Francisco, il n’échappera pas à un mariage arrangé – une tradition presque immuable en Inde. Au cours d’un bref voyage pour voir sa famille, le piège se referme et le voilà lié à Leila, qu’il n’a vue qu’une seule fois.

Certes, elle est belle, douce, cultivée, intelligente, mais il n’en veut pas. Il préfère, de loin, son explosive maîtresse californienne. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Leila va attendre son heure et, sans bruit, sans drames, sans scènes, réserver à son époux bien des surprises. »


Intriguée par le titre, puis par le résumé, je n’ai pas été déçue !

On suit Neel, qui revient en Inde, pensant son grand-père mourrant, et qui se fait piéger -il n’y a pas d’autre mot, il s’agit bel et bien de cela. On le voit qui essaye de se débattre, de s’échapper, mes les liens du mariage sont incassables. Pendant ce temps, Leila est ravie d’avoir enfin un mari qui veut d’elle. Qui veut d’elle ? Pas sûr, mais ça, elle le comprendra bien plus tard !

J’ai vraiment adoré cette plongée dans l’Inde, par les traditions, le récit de la vie quotidienne, la façon de voir la vie (qui est bien différente de la vision européenne!), ça m’a captivée. Cette facette était bien présente dans le livre, et occupe une grande partie du roman, reléguant presque au second plan l’histoire entre Neel et Leila.

Je m’attendais à quelque chose d’éclatant à la fin, que Leila attende son heure de gloire en se défendant tout de même, mais non, pour une fois le résumé est brutalement honnête: « Leila va attendre son heure, sans bruit, sans drames, sans scènes ». Très légèrement déçue, mais au final ce n’est rien, comparée à la profondeur des personnages, le soin accordé à décrire l’Amérique et l’Inde, la possibilité de voir une Amérique toute neuve à travers les yeux de Leila, et de voir une Inde vieillie et déplaisante via Neel. Le contraste entre ces deux personnages est marqué, on ressent tout le conflit intérieur des expatriés, la fatigue liée au besoin d’intégration, les valeurs à porter… C’est très intéressant de voir tout ça, décrit de manière très simple, et très juste.  A lire !

Alise 🐢

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s