Lettres à Stella – Iona Grey

 

« À la nuit tombée, fuyant la violence de son compagnon, une jeune femme court dans les rues glacées de Londres. Jess n’a nulle part où aller. Surgissant dans une ruelle déserte, elle trouve refuge dans une maison abandonnée. Le lendemain matin, le facteur glisse une lettre mystérieuse par la porte. Incapable de résister à la tentation, Jess ne peut s’empêcher de la lire et se retrouve plongée dans une histoire d’amour d’un autre temps.1943. Dans une église de Londres bombardée par le Blitz, Stella rencontre Dan, un aviateur américain. Très vite, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Leur histoire est a priori impossible. Rien ne joue en leur faveur : elle vient de se marier à un pasteur, lui n’a qu’une chance sur cinq de sortir vivant de cette guerre. Perdus et sans repères, la seule chose à laquelle les deux amants peuvent s’accrocher sont les lettres qu’ils s’écrivent, promesses d’un bonheur à venir.Le temps a passé, le destin est cruel, mais Jess est déterminée à savoir ce qui leur est arrivé. Inspirée par cet amour, portée par son enquête, elle trouvera à son tour les clefs d’un avenir meilleur. »


Haaaaa, l’amour ! C’est à croire que chaque auteur veut réinventer ce sentiment !

Livre choisi uniquement parce que j’adore les Éditions des Escales (ça ne se remarque pas, je sais!), et qu’il a eu la chance de se trouver à hauteur d’yeux dans le rayon de la bibliothèque.

Je n’ai pas été déçue, c’était une bien jolie histoire, plutôt classique dont sentait toutefois venir la fin. L’écriture était fine, sans chichis, les mots bien choisis (merci la traductrice!), et le scénario n’était pas mal. En dehors de la prévisibilité, j’ai pris plaisir à voir Stella grandir et changer, je l’ai plaint, j’ai espéré pour elle et Dan. J’ai apprécié la fragilité de Jess, et son coup de foudre avec Will – l’histoire se répétait presque un peu trop. Heureusement, quelques éléments à droite et à gauche viennent surprendre le lecteur. Le récit a double temps, un chapitre en 1943, et un en 2011 étaient facilement compréhensibles, et donnaient un rythme à l’histoire.

Ce n’est pas forcément un roman dont je ferais mon livre de chevet, mais je le conseillerai volontiers à quelqu’un voulant lire une belle histoire d’amour, voire une romance historique 🙂

Alise 🐢

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s