6h41 – Jean-Philippe Blondel

 

« Le train de 06h41, départ Troyes, arrivée Paris. Bondé, comme chaque lundi. Cécile, quarante-sept ans, rentre d’un week-end épuisant chez ses parents. Elle a hâte de retrouver son mari, sa fille, son quotidien. La place à côté d’elle est libre. Philippe s’y assied, après une légère hésitation. Cécile et lui ont été amants vingt-sept ans auparavant, pendant quelques mois. Cela s’est très mal terminé. À leur insu, cette histoire a profondément modifié leurs chemins respectifs. Tandis que le train roule vers Paris et que le silence s’installe, les souvenirs remontent. Ils ont une heure et demie pour décider de la suite…« 

Résumé aguicheur, d’un auteur méconnu et une jolie couverture, j’ai forcément été tentée ! Lu assez vite, j’ai été un peu déçue… Malgré un résumé prometteur, l’histoire est loin d’être aussi développée que je l’aurais souhaité. Les personnages ne sont pas très très distincts, et même si les chapitres donnent successivement voix à Philippe puis à Cécile, on ne remarque pas immédiatement une narration propre qui serait propre à chacun. L’écriture reste très agréable, fluide, accessible, parfois cinglante ou drôle, mais toujours très authentique. Certains passages peuvent être lassants – probablement destinés à ménager le suspense- comme ceux sur leur rupture. Mais ladite rupture n’est pas du tout à la hauteur de mes attentes !

C’est dommage, car l’histoire aurait vraiment pu être formidable, et je reste frustrée de ma lecture. Un livre malgré tout passe-temps, à lire à la plage ou… Dans le train!

Alise 🐢

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s