Mon amour, – Julie Bonnie

IMG_20170919_100230_160.jpg

« Elle est à Paris avec sa fille, à peine vieille de quatre jours, seules pour un mois. Lui vient de partir en tournée, il est pianiste de jazz. Ils savent que c’est long un mois. Elle n’aime pas le téléphone, alors ils s’écrivent. Se disent toutes ses petites choses qu’on n’a pas à se dire quand on est ensemble, se raconte au quotidien. La maternité, les concerts, les joies, le temps qu’il fait, le temps qui passe, les manques, les matins. Une partie de leurs vies sans l’autre, avec le décalage de la correspondance. Mais ils taisent de plus en plus les peurs, les pleurs, les doutes, les rencontres, les entorses. L’autre partie de leurs vies sans l’autre, là où se mesure la distance, ses risques et les conséquences… »

Petit livre de moins de 200 pages, il se lit très vite. Comme attendu, un échange de lettres entre les époux, écrit de façon très poétique. Ils se racontent tout, même les moments de détresse et d’abandon. Au fur et à mesure, on se rend compte qu’ils s’écrivent un peu de leur regret, pour l’une d’être seule, pour l’autre d’être devenu père. On assiste aux premiers pas d’une jeune mère qui apprend à s’occuper de son enfant, à l’accueillir dans sa vie, à construire une relation avec lui, mais également à exister en dehors de ce rôle. On assiste aux problèmes du jeune père qui part en connaissance à peine sa fille, et comment il essaie d’insérer cette nouvelle réalité dans son quotidien de pianiste.

Toute la fragilité des personnages apparaît dans ces lettres touchantes, où des blessures d’enfances remontent, où les conjoints font face au raz-de-marée de la maternité – sans toutefois réussir à l’aborder ensemble.

On lit ce couple qui s’abîme sans le vouloir, comme si déjà tout était joué avant même le début de la correspondance. La majorité des lettres émanent du couple, mais quelques-unes proviennent d’autres protagonistes qui s’ajoutent à l’histoire, qui prennent une autre importance, qui se cachent sous un faux nom… Ça ajoute une profondeur à l’histoire, et permet une très belle surprise de fin.

On accompagne cette jeune fille tout au long de sa construction en tant que mère, et ce jeune homme tout au long de la tournée qui bouleversera sa vie. En rien niais, ce court roman est très poétique et adroitement écrit. Je l’ai apprécié pour le large vocabulaire et la fine écriture, ainsi que pour les rebondissements inattendus. Cependant le style littéraire avec lequel les lettres sont écrites est parfois un peu irréaliste, et j’ai moins accroché à quelques reprises.

Un livre à emprunter à la bibliothèque  et à lire avec une tasse de thé au chaud dans son lit !

Alise  🐢

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s